@miclik : Éduquer aux réseaux sociaux

14 mars 2015 /

Essayer le jeu @miclik

Quand on regarde le panorama des médias sociaux 2015, on se rend compte que leur nombre va croissant et qu'il ne se résume pas à Facebook, Twitter ou Google+.

Il est difficile pour le parent d'aujourd'hui d'avoir une connaissance suffisante de tous ces médias sociaux pour lui permettre d'accompagner ou d'encadrer son enfant dans l'utilisation de ceux-ci. Comment déterminer l'âge auquel l'enfant peut utiliser une plateforme ? Comment réagir relativement aux pressions de celui-ci ? Ou encore quand notre enfant nous dit : Oui, mais mon amie a déjà un compte, pourquoi moi je ne peux pas ? Le parent doit-il dire à son enfant de respecter les conditions d'âge minimum ou doit-il l'aider à les contourner ? Il ne faut pas oublier qu'au-delà d'une permission à utiliser un média social, comme parent on doit aussi s'assurer que notre enfant l'utilise de façon appropriée et connaît les règles d'un comportement sécuritaire.

@miclik, un jeu sérieux

@miclik est un jeu sérieux qui aide les enfants de 9 à 12 ans à utiliser de manière appropriée les réseaux sociaux et à en percevoir les risques et les limites. Les objectifs du jeu visent le développement :

  • de l'interaction
  • du raisonnement
  • de la responsabilité
  • de l'estime de soi
  • du respect de l'intégrité des personnes
  • de la connaissance des risques liés à l'usage d'internet
  • de l'interdiction absolue des atteintes à autrui
  • de l'importance de la règle du droit dans l'organisation sociale

Mon essai d'@miclik

Au départ, je trouvais l'idée d'utiliser ce jeu pour apprendre à mon enfant l'utilisation des réseaux sociaux excellente. De plus, pour un parent qui n'y connaît grand-chose sur le sujet, le jeu pouvait être une bonne façon de s'initier (ce qui n'est pas mon cas).

J'avais sous la main une jeune demoiselle de onze ans qui a accepté d'essayer ce jeu sérieux. Comme l'accompagnement est un critère important si on veut que l'apprentissage soit maximal, je l'ai guidé dans son exploration.

Je dois vous avouer que j'ai vite été déçue. La jeune demoiselle s'est lassée rapidement et elle a abandonné le jeu avec ma permission. Visuellement, le jeu est pourtant attrayant, la conception graphique convient bien à la tranche d'âge visée.

Pour jouer et avancer, il fallait chercher les endroits où cliquer, ce qui se faisait facilement. Cependant, les cliques menaient à de nouvelles fenêtres qui ne comportaient pas nécessairement d'activités ou de missions à accomplir. Il y avait beaucoup d'essais et de retours en arrière pour trouver les endroits où les missions devaient se réaliser. Ergonomiquement, la navigation dans le jeu n'allait pas de soi. En plus, pour compléter la première mission, il y avait une fenêtre où le joueur devait compléter trois jeux. Encore là, la façon de compléter ces jeux portait à confusion. C'est là que ma jeune demoiselle a laissé tomber.

Même moi, qui ai pourtant une bonne culture informatique, je cherchais mon chemin dans le jeu et j'avais de la difficulté à comprendre. J'ai poursuivi l'expérience seule et j'ai finalement réussi à compléter une première mission après plusieurs tâtonnements. Ce qui m'amène à critiquer la conception du jeu par rapport à ses composantes.

Composantes d'un jeu sérieux

  • Gameplay : Activités de stratégies employées par les concepteurs de jeux pour obtenir et garder le joueur engagé et motivé durant tout le jeu.
  • Feedback : Généré par le jeu suite aux actions du joueur pour lui permettre de chercher à améliorer ses performances.
  • Interface : Simple, bien définie, supporte les interactions entre le joueur et le jeu.
  • Difficultés : Doivent être adaptées à l'expérience du joueur pour permettre à celui-ci de développer ses compétences avant de rencontrer les défis du jeu.
  • Scénario : Maintient l'intérêt du joueur et l'encourage à s'identifier au personnage.
  • Divertissement : Un bon jeu doit être ludique afin de maintenir l'intérêt et une attitude positive du joueur.

Je n'ai pas la prétention d'avoir analysé le jeu en profondeur. Je n'ai fait qu'effleurer les composantes, mais cela me permet quand même de vous donner mes commentaires qui n'ont pas une valeur scientifique et qui sont subjectifs.

  • Gameplay : Si ma jeune demoiselle s'est rapidement lassée, j'imagine que c'est en partie à cause du gameplay qui ne répond pas aux objectifs.
  • Feedback : Cette composante était bien développée. Pour les actions en lien avec un comportement sur un réseau social, le jeu générait un commentaire par l'intermédiaire d'un robot.
  • Interface : Présente des fonctions standards telles que tableau de bord, page d'aide et de conseils, pages de contenu où le joueur doit trouver les zones cliquables. La navigation entre les pages du jeu est parfois confuse et manque de fluidité.
  • Difficultés : Dans l'ensemble, je les ai trouvées adaptées à l'expérience.
  • Scénario : L'intérêt du joueur n'a pas été maintenu.
  • Divertissement : Le plaisir n'y était pas pour ma jeune demoiselle.

Apprentissage aux réseaux sociaux ?

L'intention du jeu est d'aider les enfants de 9 à 12 ans à utiliser de manière raisonnée les réseaux sociaux et à en percevoir les risques et les limites.

Les missions du jeu sont majoritairement en lien avec le réseau facebook : profil, mur, amis, notifications. Mais les principes de précaution et de sécurité peuvent s'appliquer à d'autres réseaux. Il m'aurait fallu aller plus loin dans les missions pour vous en donner un meilleur aperçu. J'ai manqué de motivation.

Je vous invite à essayer le jeu et à m'en dire plus au sujet des éléments contenus dans celui-ci.

En conclusion

Je voulais, à travers ce billet, vous montrer le potentiel que peut avoir un jeu sérieux dans le domaine de l'éducation. Ce potentiel est bien présent dans le jeu @miclik, mais ça conception n'est pas optimale. Il faut comprendre que la conception d'un jeu sérieux est une activité multidisciplinaire qui implique la participation d'experts : du domaine abordé, de pédagogues, de game designer. L'équipe qui a produit @miclik était composée en majorité de personnes issues du milieu éducatif. Le scénario pédagogique du jeu est sa principale force. Par contre, n'ayant pas bénéficié de l'expertise d'un game designer, la faiblesse du jeu se situe dans son gameplay. Je crois que l'équipe a quand même réalisé un travail remarquable avec les moyens qu'elle avait à sa disposition.

Sources

#1 vendredi 11 décembre 2015 @ 21:38 Lorie a dit :

Hello, quel plaisir de lire ce genre d' article, Explication au top

#2 dimanche 13 décembre 2015 @ 11:45 Arthur a dit :

Hello, super Merci pour l' info, je partage cette page sur mes reseaux sociaux

#3 mercredi 07 septembre 2016 @ 06:00 Agence Sioux a dit :

Encore faut-il passer du temps sur les réseaux sociaux pour les comprendre et bien expliquer à ses enfants les forces et faiblesses.

Les commentaires sont fermés.